La sixième République

UNE DÉMOCRATIE DE DEBAT

Le socialisme proclame que la république politique doit aboutir à la république sociale. Jean Jaurès

Service gratuit et accessible à tous

Je crée mon site

Contactez nous via l'adresse mail suivante: sixiemerepublique@hotmail.fr

Notre projet démocratique                                                              

Présentation


Nous nous intéressons à la politique et à son dysfonctionnement actuel, pour résoudre les problèmes de notre société ne cherchons pas à nous attaquer aux conséquences unes par unes mais à la cause mère de toutes : la place de la démocratie dans notre société. La démocratie selon nous n'est pas un model fini, c'est une continuelle consultation du peuple qui lui-même change de nature de génération en génération. Nous devons donc trouver la constitution qui correspond à notre société et lui permettre d'évoluer par elle-même au fil du temps. Ce site devrait être un moyen pour discuter d'une nouvelle constitution qui plairait à tous.

Ce site est en pleine actualisation suite à l'actualité qui donne de plus en plus d'importance à ce sujet, en effet on s'est rendu compte que vos visites étaient de plus en plus nombreuses, notre engagement doit donc grandir en conséquent.



Pourquoi une nouvelle constitution ?


  • Parce que la constitution de 1958 ne correspond plus à notre contexte économique, social et démographique.
  • Parce que les institutions ne permettent plus une représentation démocratique des citoyens, que les élus sont de moins en moins légitimes et qu’il faut donc changer les règles de la vie politique.
  • Parce que les politiciens doivent craindre la décision du peuple et non l'inverse, et c'est au peuple et à lui seul de définir les règles de la politique: la constitution de la cinquième république a été modifié 21 fois sans le consentement du peuple depuis sa création.
  • Parce que la crise sociale est en partie dut à la crise politique et qu’une nouvelle constitution pourrait être le remède contre la grave crise politique actuelle.



La cinquième république aggrave la crise


Les institutions de la cinquième république ont été imaginées pour protéger  le président et tenir le peuple à distance. En concentrant autant de pouvoir dans les mains d'un seul homme, c'est bien la cinquième république qui rend possible les trahisons de nos présidents. Dans quelle démocratie, un président peut-il à ce point tourner le dos à ses promesses sans jamais être à la portée de la colère populaire ? L'impunité dont jouit le président de la république pousse à tous les abus de pouvoir. Pire encore elle érige l'irresponsabilité en model pour l"élite" dirigeante du pays.



La cinquième république, règne de l'irresponsabilité


C'est devenu une idée banale aujourd'hui : la cinquième république est une "monarchie républicaine". Pour nous, c'est une absurdité et en tout état de cause un régime antidémocratique. Le Président concentre en effet tous les les pouvoirs une fois élu et n'a de compte à rendre à personne pendant toute la durée de son mandat ni au Parlement, encore moins à ses électeurs. Il peut donc à loisir trahir ses engagements de campagne et opérer des remaniement sans le moindre état d'âme. Quelle que soit l'ampleur de son discrédit politique ou moral, le mandat présidentiel ne peut être remis en cause. Pire, le président est aussi au sommet d'une pyramide qui favorise, outre sa propre responsabilité, celle des autres: à partir du moment où il endosse l'adage "j'y suis, j'y reste" 



Quels intérêts au pouvoir ?


Lorsqu'un pays s'enfonce jour après jour dans la catastrophe économique, sociale, et politique, qu'y a-t-il de plus important que de parler du pouvoir ? Car c'est bien cela que renferme l'idée de la sixième république: qui décide ? Le peuple ou l'oligarchie ? Le MEDEF ou les salariés ? Les lobbys ou les citoyens ?

Aucun problème urgent ne peut trouver de réponse dans le système actuel. Comment lutter contre le chômage et augmenter les salaires tant que les actionnaires sont tout-puissants dans l'entreprise ? Comment sortir de l'austérité tant que la souveraineté populaire est niée par la Commission européenne et le traité de Lisbonne ? Comment engager la transition énergétique des lobbys et soumettre les grandes questions comme l'avenir du nucléaire à la décision des citoyens ? Comment changer de politique tant que l'abstention progresse ? C'est impossible.


 

Un projet global


La sixième république n'est pas seulement un mot d'ordre institutionnel c'est un projet global: la reconquête et l'extension de la souveraineté du peuple dans tous les domaines de la vie commune.

Cela concerne évidemment les institutions politiques, avec un double objectif. Premièrement, assurer la souveraineté populaire, par exemple en rendant obligatoire le recours au référendum pour tout changement de la constitution ou tout traité européen comprenant des transferts de souveraineté. Deuxièmement, rendre possible l'intervention citoyenne en toute circonstance. C'est le sens de la proposition de référendum révocatoire pour donner la possibilité d'écourter le mandat d'un élu que les citoyens ne jugeraient plus digne de leurs confiance. Mais cette intervention populaire ne doit pas concerner seulement les personnes, elle doit aussi s'exprimer sur les grands sujets en rendant possible un référendum d'initiative populaire. Rendre le citoyen roi dans la cité donc. Mais aussi dans l'entreprise. Là encore, les propositions sont nombreuses: doter les comités d'entreprises d'un droit de veto sur les grandes orientations de l'entreprise, créer un droit de préemption pour que les salariés puissent reprendre leur entreprise sous forme coopérative... Bref, construire la république sociale.

Mais la novation ne saurait s’arrêter là. Défendre la sixième république, c'est aussi vouloir garantir les droits écologiques de l'être humain: protection de la propriété collective des biens publics comme l'eau, interdiction du brevetage du vivant, etc.




Comment mettre en place une sixième république ?


La sixième république doit être un projet d'origine citoyenne: c'est aux citoyens de créer une sixième constitution, l’élection d'une assemblée constituante serait donc la manière de faire la plus démocratique qui soit. En effet les assemblées constituantes occupent une place centrale dans l'histoire révolutionnaire de la France et du monde. Elles sont le fruit de situations de crise de la société et de l'état où le consentement à l'autorité disparaît et nécessite de revoir complètement la règle du jeu. On peut résumer cette situation de blocage de la façon suivante: "en haut on ne peut plus, en bas on ne veut plus".

Loin des projets institutionnel déconnectés du quotidien, les constituantes ont permis de résoudre radicalement les problèmes rencontrés par le grand nombre.

C'est ainsi, de la constituante de 1789-1791 puis de la convention de 1792-1793, que sont issues nombres d'avancées concrètes vitales pour le peuple. Comme la création de l'état civil, l'égalité devant l’impôt, la liberté de la presse ou le partage des terres pour la première. Ou encore le suffrage universel (masculin), le contrôle des prix ou le début de l'éducation nationale pour la seconde.

A l'étranger ce sont aussi des constituantes qui au Venezuela, en Bolivie ou en Equateur ont permis de rétablir les services publics, nationaliser les biens communs et augmenter les salaires. Et en Tunisie, c'est la constituante de 2011-2013 qui à permis de conforter la liberté de conscience, le droit syndical et associatif et l'égalité homme femme. Et même d’affirmer la propriété populaire des ressources naturelles, le droit à l'eau et l'objectif de parité.

Bien sur, pour qu'une constituante réponde aux urgences sociales, encore faut-il qu'elle soit le fruit du mouvement populaire. Et qu'elle ne soit pas confisqué par ceux qui veulent se passer du peuple comme ce fut le cas par exemple en France en 1848. Cela suppose qu'existe une force populaire suffisamment structurée et consciente pour porter le mouvement constituant.